Archives

Théâtre d'ombres

Shadow theater

  • Group show
30.01.2021 - 13.03.2021
1/15
Théâtre d'ombres
vue d'installation

Théâtre d'ombres
vue d installation

Théâtre d'ombres
vue d'installation

Sebastian Riemer
Sebastian Riemer
CTTR, 2014
C-Print contrecollé sur aluminium
124 x 70 cm - encadré
Edition de 5 ex + 2 AP, disponible

Aristide Barraud
Aristide Barraud
Les tours tombent, 2020
video couleur son
9'
Edition de 1 ex, disponible

Aristide Barraud
Aristide Barraud
Paix Ephémère, 2021
tirage jet d'encre sur papier Hahnemühle, cadre chêne massif laminé noir
70x50 cm
Edition de 3 ex + 1 AP, disponible

Aristide Barraud
Aristide Barraud
Lumière, 2021
tirage jet d'encre sur papier Hahnemühle, cadre chêne massif laminé noir
70x50 cm
Edition de 3 ex + 1 AP, disponible

Leila Danziger
Leila Danziger
Para ninguem e nada estar #1 (Tenir debout, pour personne et pour rien), 2010
serie Diários públicos (Journaux publics)
Tampon et impression solaire sur pages de journal effacées, reliure, couverture en tissu rouge
42 pages - 57x65 cm ouvert
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
Toy box, 2021
huile sur toile
46x32 cm
Pièce unique, disponible

Yang Yi
Yang Yi
Uprooted 04, 2007
serie Uprooted
Lambda-print
100 x 70 cm + cadre
Edition de 11 ex + 1 AP, disponible

Anne Deguelle
Anne Deguelle
Otage 1, 2012
serie Otage
impresion sur verre
40x40 cm
Edition de 1 ex + 1 AP, disponible

Niyaz Najafov
Niyaz Najafov
Untitled (monument la honte), 2015-17
huile dur toile
40x95 cm
Pièce unique, disponible

Slobodan Stosic
Slobodan Stosic
The voice imitator #2 - detail, 2018
serie The voice imitator
fusain sur passepartout mat
40x50 cm
Pièce unique, disponible

Slobodan Stosic
Slobodan Stosic
The voice imitator #4, 2018
serie The voice imitator
crayon de couleur sur passepartout mat
40x50 cm
Pièce unique, disponible

Slobodan Stosic
Slobodan Stosic
The voice imitator #8, 2018
serie The voice imitator
crayon sur passepartout mat
40x50 cm
Pièce unique, disponible

Communiqué

Référence à ces spectacles venus d'Orient qui firent autrefois la joie des enfants, l'idée de baptiser Théâtre d'ombres une exposition d'art contemporain relève du défi de mêler rêve et nostalgie, lumière et ombre, mémoire et oubli. "Les ombres ne sont pas ce qu'un vain peuple pense ; c'est le rêve par l'art : un monde, un monde immense" écrivait Robert Hautiez dans un article du journal Ombres et Lumières . Il est bien question ici de suggestion, amenée notamment par l?idée d?obscur ou à tout le moins de non évidence. Théâtre de la suggestion qui n?est pas sans une certaine dimension onirique voire nostalgique : l'ombre laisse place à l'imagination et à l'émotion du spectateur. Cela peut même avoir un effet macabre - l'ombre évoque d'ailleurs l'âme des morts dans la religion chinoise.

On trouve dans les personnages du théâtre d'ombres l'incarnation de la parole, du chant ou du cri. Telle pourrait être l'idée des corps artificiels dans les personnages que Malevich crée pour l'opéra Victoire sur le soleil. Des formes que l'on retrouve dans la peinture du Faucheur dont Sebastian Riemer s'empare, pour le photographier et l'imprimer en négatif, révélant ainsi une matérialité cachée. Le changement des couleurs dû au procédé fait de CTTR l'ombre du Faucheur. Une ombre troublante qui n'est pas vraiment un double mais plutôt une transformation qui relève de la magie d'une radiographie.
Dans les peintures de Karine Hoffman la question de l'ombre est troublante par son origine parfois incertaine, son absence de source créant un temps et un espace ambigus, non dénués de mysticisme. Dans Toy box, l'arrière-plan du tableau plante un décor dans lequel surgit l'ombre mystérieuse d'un résidu de mémoire. La scène se situe entre jour et nuit, entre ici et au-delà, l'ombre apparait comme une tache débordant du noir horizon, elle nous suggère un hors-champ inquiétant amenant le regardeur au-delà de l'oeuvre.
Para ninguem e nada estar #1
est un livre d'artiste où la Brésilienne Leila Danziger rassemble des pages de quotidiens imprimés où le texte journalistique, témoin d'un évènement, se fait présent mais de façon résiduelle. Les pages partiellement effacées par l'action de la lumière sont détournées de leur fonction de document et deviennent comme une peau mince et transparente où l'artiste a tamponné ces vers de Paul Celan extraites de « Stehen » : Für-niemand-und-nichts-Stehen / Tenir-debout-pour-personne-et-pour-rien. Les images devenues épaves deviennent « performeuses » d'idées d'abandon mais aussi de résistance.
Les images nous piègent. Fondés sur la contingence, les intérêts de Slobodan Stosic questionnent la responsabilité d'une image et l'art contemporain comme opportunité spéculative. Son projet The Voice Imitator s'inspire d?idées théoriques formulées par Deleuze dans son essai Bartleby ou la formule et conduit l'artiste serbe à développer un énoncé sur la copie, l?imitation, la représentation et la notion même d'oeuvre d'art. L'idée sous-jacente est inspirée de Felix Guatarri d'un assemblage collectif d'énonciation. Ils sont ici présentés par des dessins sur passepartout,  inspirés d'images ou de textes, mais toujours dans une représentation tronquée.
Parfois ce sont des images qui nous piègent dans les medias. Dans la série Otage de Anne Deguelle, le regardeur est « otage » de l'image elle-même. Sa banalité même, l'impression de déjà-vu la rend plausible. Des vues communes d'aéroport évoquent les présentations télévisées commentant une actualité dramatique. L'image pauvre, statique, floue, est le support d'un commentaire tragique mais ne le restitue en rien. On n'y voit rien. Prise d'otages, enlèvement, attentat, violences, le sujet est interchangeable. Rien ne bouge, l'image est en attente de chargement émotionnel et est disponible à tout récit, en latence d'activation comme un prélude au fake ou à une nouvelle fiction.
Mais c'est dans la vidéo Les tours tombent d'Aristide Barraud que se profile un réel qui n'est plus :  ombre vivante d'un moment d'histoire d'une cité de banlieue, le projet est le fruit d'une immersion totale de l?artiste dans la vie d'un bâtiment chargé d?histoire, pour raconter le lieu et les hommes qui ont vécu dans la tour B5. Dernier vestige de la cité des Bosquets à Montfermeil (Seine Saint Denis), sa démolition filmée garde la mémoire d'un monde aujourd'hui disparu.
Ainsi en va-t-il des photographies de Yang Yi, prises avant la disparition programmée de sa ville natale par l'ouverture du Barrage des Trois Gorges en Chine. S'y conjuquent passé, présent et avenir d'une civilisation menacée dont il ne subsiste que l'ombre de ces images.