Archives

Moteur demandé

13.03.2014 - 10.05.2014
1/10
Moteur demandé
Vue d'exposition

Moteur demandé
Vue d'exposition

Moteur demandé
Vue d'exposition

Moteur demandé
Vue d'exposition

Pierre Mazingarbe
Pierre Mazingarbe
Clap, 2014
Feutre sur papier
29 x 32 cm
Pièce unique, disponible

Pierre Mazingarbe
Pierre Mazingarbe
Cinema I, 2014
Feutre Sur Papier
28 x 21 cm
Pièce unique, disponible

Pierre Mazingarbe
Pierre Mazingarbe
Un peu de mort, 2014
Feutre sur papier
75 x 55 cm
Pièce unique, Non disponible

Pierre Mazingarbe
Pierre Mazingarbe
En travaillant avec cette actrice est apparu un petit diable entre nous, 2014
Feutre sur papier
50 x 65 cm
Pièce unique, disponible

Pierre Mazingarbe
Pierre Mazingarbe
sans titre, 2014
Feutre sur papier
18 x 19 cm
Pièce unique, disponible

Pierre Mazingarbe
Pierre Mazingarbe
Ce qui me fait prendre le train, 2013
vidéo
14'45
Edition de 5 ex + 2 AP, Non disponible

Communiqué

«Moteur demandé !» C'est par ces mots que le réalisateur ordonne sur son plateau silence et concentration avant chaque prise. En reprenant cette annonce éculée pour baptiser sa première exposition, Pierre Mazingarbe plonge directement le visiteur dans son univers.

Comment, avec le dessin, reprendre les rênes du cinéma, ce cirque, cet art sans brouillon ? Car c'est de ses fantasmes liés au monde du cinéma et de leur réalisation qu'il est ici question.

Avant tout pratiquant de la mine et du feutre, Pierre Mazingarbe a ainsi fait du dessin le creuset de son cinéma. Des dessins denses et fantastiques, foisonnant des références éparses qui ont nourri sa première jeunesse (Dürer, Bellmer, Fellini, Piranese, Wes Andersen et l'iconographie médicale). Et où l'on retrouve les questions qui le passionnent : le désir, le féminisme, la truculence et la crudité du langage.
A travers une sélection d'oeuvres inédites, la Galerie Dix9 donne carte blanche à Pierre Mazingarbe pour présenter son rapport au Cinéma et à ses acteurs, à ses mécaniques et à ses hors-champs. Parmi elles, une série de neuf gravures intitulée L'acteur, qui représente sa fascination pour ces hommes et ces femmes, capables de muer comme des caméléons au gré des désidératas du réalisateur.
Une série de dessins au format raisin (65x50cm) a été patiemment exécutée pour l'exposition avec des feutres microscopiques - que l'artiste a usés au rythme effréné d'un stylo par jour ! Résultat : chaque canevas requiert un regard patient et curieux.
Car au-delà d'une densité sombre et de personnages de premier plan (souvent un réalisateur vêtu d'une peau de lion, une actrice ou un technicien...), on découvre une myriade de détails enfouis dans cette forêt de traits : des visages diaboliques, une sorte de chimère ailée, un ange... tout un bestiaire délirant dont la richesse illustre l'imaginaire bigarré de son auteur.
De plus petit format, la série Cinémas met en scène une salle de cinéma, tantôt orientée face à l'écran, avec un réalisateur solitaire qui visionne des rushs. Tantôt orientée face au public, au milieu duquel se sont glissés quelques grands noms du genre : Fellini, Fritz Lang et d'autres.
En inféodant de la sorte le cinéma au dessin, Pierre Mazingarbe fait un pied de nez au ridicule de son faste, et dévoile la solitude de sa fabrication, dans l'antre de ses stylos. Il met également à jour les liens méconnus qu'entretiennent premier et septième art. Un septième art qu'il qualifie lui-même d'  «  art total  » car il lui offre les moyens de donner vie aux mondes qu'il imagine seul sur papier.
C'est en parallèle de ses études d'animation que Pierre Mazingarbe se lance dans la réalisation de films. Son dernier court-métrage, Ce qui me
fait prendre le train, trône au c'ur de l'exposition comme une évidente conséquence de toutes ses inspirations et réflexions. Empreint d'un imaginaire onirique, il revisite le mythe d'Orphée- ou comment Orphée, devenu jeune femme, pénètre le monde des morts dans l'espoir de ramener à la vie un couple d'amis chers en lieu et place d'Eurydice.
Pour parfaire ce parcours, la Galerie Dix9 exposera enfin une sélection d'objets et d'animaux fantasques, tout droit sortis de l'imaginaire de l'artiste qui les a créés spécialement pour le film. Véritables acteurs ou pièces de la mise en scène, ils seront présentés pour la première fois en tant qu'oeuvres en soi.


Camille Lacharmoise