Prochainement

Café Avarice & Generosity

curator Azad Asifovich

  • Group show
23.11.2019 - 21.12.2019
Vernissage 23.11.2019
1/6
Farhad Farzaliyev
Farhad Farzaliyev
Untitled #1, 2015
serie I Am Your Only Tiger
Tissu, rembourrage en polyester et mousse
110 x 30 x 44 cm
Pièce unique, disponible

Shahnaz Aghayeva
Shahnaz Aghayeva
Unlock, 2019
pierre, tapis, papier
Pièce unique, disponible

Tora Aghabayova
Tora Aghabayova
A Eggplant Life, 2017
Peinture à l'huile
120 x 100 cm
Pièce unique, disponible

Niyaz Najafov
Niyaz Najafov
Untitled, 2017
serie Flowers
huile sur carton
97x77cm
Pièce unique, disponible

Qafar Rzayev
Qafar Rzayev
Untitled #1, 2019
serie de 100 dessins
stylo sur fiche bristol
10 x 15 cm
Pièce unique, disponible

Ali Hasanov
Ali Hasanov
Alibi, 2016
Civières d'origine militaire et divers matériau
53x150x160 cm
Pièce unique, disponible

Communiqué

L'exposition «café AVARICE AND GENEROSITY» correspond à un projet de montrer la jeune scène azérie en France, né d'une demande reçue par son auteur. Les artistes réunis ici: Tora Aghabayova, Schachnas Aghayeva, Farhad Farzaliyev, Ali Hasanov, Niyaz Najafov, et Qafar Rzayev représentent l'avant-garde de la jeune scène d'Azerbaïdjan - un pays neuf qui a recouvré son indépendance après la disparition de l'URSS. Quant à l'auteur de cette exposition, il s'agit d'Azad Asifovich, jeune curateur d'origine azérie, né dans la capitale Bakou en 1991, et installé à Paris depuis 2012.

Voici ce qu'il a confié lors de notre entretien téléphonique:
« Suite à de nombreuses propositions pour concevoir une exposition présentant des artistes azéris, il y avait une volonté de s'approprier un format commun : ainsi est née l'idée d'un café où l'on servirait simplement du thé. Les établissements de ce type sont appelés en Azerbaïdjan "Tchaïkhana", ce qui signifie littéralement la maison de thé. Il s'agirait d'un café comme un autre. On pourrait y venir pour boire un thé aux heures d'ouverture de la galerie et parler, parler de l'art et de la vie. Echanger. Sur les chaises, à côté des clients en train de converser, il y aurait des oeuvres d'art.

Le projet n'est pas inspiré par la littérature, ni par la philosophie et ne puise pas dans ces disciplines pour trouver les éléments de son rapport au monde, ni sa structure. C'est le fruit d'une réflexion et d'une exploration de la mémoire collective azérie au travers de souvenirs d'enfance et du syndrome de la nostalgie.

Le titre de l'exposition fait référence à «un objet monde», artefact super puissant dont se nourrit le roman (light novel) japonais "Overlord", manga devenu jeu video écrit par Kugane Maruyama. "Avarice and Generosity" est le nom d'une paire de gants servant à se défendre par sa capacité à absorber les points d'expérience de l'adversaire et de les stocker pour une utilisation ultérieure. Le gant gauche a un aspect démoniaque, alors que le gant droit ressemble à la main immaculée d'une jeune fille. Pour reprendre cette métaphore, je dirais que j'utilise depuis bien longtemps la main gauche, le temps est venu de me servir de ma main droite, car la générosité est une qualité du peuple azéri »

Recherche d'un exotisme basé sur la mémoire post-coloniale collective, ou tout simplement nécessité constante pour l'art contemporain de chasser de nouvelles têtes?

#azerbaijaniartist