Archives

O Sol De Janeiro

13.12.2016 - 14.01.2017
1/18
O Sol De Janeiro
Vue d'exposition

O Sol De Janeiro
Jacques Julien, sans titre, serigraphie, 50 x 70 cm, 2016

O Sol De Janeiro
Mathieu Mercier, Mr, serigraphie et peinture aerosol, 70 x 50 cm, 2012

O Sol De Janeiro
Merlin Carpenter, TBC, serigraphie sur rideau 20 douche argenté, 180 x 120 cm, 2016

O Sol De Janeiro
Zora Mann, Poppies serigraphie sur papier, 40x30 cm, 2012

O Sol De Janeiro
Assume vivid astro focus, sans titre, serigraphie et acrlique, 50x70cm, 2016

O Sol De Janeiro
Philippe Mayaux, Missed, serigraphie sur papier, 50 x 70 cm, 2016

O Sol De Janeiro
Philippe Ramette, Une longue traversée du desert, serigraphie sur papier, 50x70cm, 2016

O Sol De Janeiro
Opa Vivara, sans titre, serigraphie sur papier, 50x70 cm, 2016

O Sol De Janeiro
Bruno Peinado, sans titre, serigraphie sur papier, 70x50 cm, 2016

O Sol De Janeiro
Guillaume Pinard, Sideration, serigraphie sur papier, 50x70 cm, 2016

O Sol De Janeiro
Ida Tursic et Wilfried Mille, Lady Moustache, serigraphie sur papier, 60x50 cm, 30ex, 2016

O Sol De Janeiro
Gabriel Jones, Legally hanged, serigraphie sur papier, 70x50 cm, 2016

O Sol De Janeiro
Christophe Cuzin, Winners, serigraphie sur papier, 70x50 cm, 2016

O Sol De Janeiro
Eric Duyckaerts, sans titre, serigraphie sur papier, 70x50 cm, 2012

O Sol De Janeiro
Kapwani Kiwanga, Decortication, serigraphie sur papier, , 70x50cm, 2016, 30 ex

O Sol De Janeiro
Julien Bouillon, Souvenirs, serigraphie sur papier Rivoli 240 g, 40x30 cm, 2016 15 ex

O Sol De Janeiro
Morgane Tschiember, Just an arm, serigraphie, 50x70cm, 2016, 30ex

Communiqué

 O Sol de Janeiro - Macumba Night Club Editions


 Macumba Night Club Editions se présente comme une invitation de l'artiste français David Ancelin lancée à d'autres artistes, et en association avec eux, à produire une sérigraphie. Ce projet est né à l'occasion d'une première présentation dans l'atelier de l'artiste à Nice en juin 2011. Ce lieu, qui portait par ailleurs le nom de Macumba Night Club Editions, aménagé avec ses murs noirs et blancs, a accueilli des expositions personnelles et collectives entre 2010 et 2012. 
Le principe de l'édition permet la multiplication des situations de présentation, sans cesse enrichie par de nouveaux artistes participants.


 Le terme de Macumba fait référence à une pratique proche du vaudou, entre la magie noire et la magie blanche, en même temps qu'il évoque l'euphorie vécue dans les années 1970 en France, dans un club du même nom.


 Ces éditions offrent un véritable tour d'horizon de la vitalité de la création contemporaine.