Actuellement

Kosmos

Texte de Théo-Mario Coppola

17.11.2018 - 12.01.2019
1/18
Kosmos
vue d'installation

Kosmos
vue d'installation

Karine Hoffman
Karine Hoffman
Jak papieros pod prochami Wilna _ Comme une cigarette sous les cendres de Vilnius
.
huile sur toile
200x160cm
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
Remains, 2017
Huile sur toile
195x130cm
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
Derriere la maison (Za Domen), 2018
huile sur toile
180x180 cm
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
After Lunch (Po Obiedzie), 2018
huile sur toile
170x180 cm
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
Le festin de l'ombre, 2018
huile sur toile
60x50cm
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
Kosmos, 2018
huile sur toile
240x200 cm
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
Slave channel, 2017
huile sur toile
160x160 cm
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
L'arbre Malabar, 2018
huile sur toile
20x20 cm
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
Forge, 2018
huile sur toile
35x27 cm
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
The Slave Channel II, 2018
huile sur toile
35x24 cm
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
Blue Room II, 2017
huile sur toile
46x33 cm
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
I want you my Polish guy, 2015
huile sur toile
35x27cm
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
After Moscou, 2018
huile sur toile
27x22cm
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
So give me the light, 2018
huile sur toile
22x16cm
Pièce unique, Non disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
Clear, 2018
huile sur toile
22x16cm
Pièce unique, disponible

Karine Hoffman
Karine Hoffman
Residual Landscape, 2017
huile sur toile
20x20cm
Pièce unique, Non disponible

Communiqué

Texte de Théo-Mario Coppola


Karine Hoffman vit et travaille à Paris. Figure rare de la peinture européenne, elle nourrit son œuvre de traces de mémoire fantôme. Pour sa première exposition à la Galerie Dix9, sont présentées des peintures récentes, construites telles des équations impossibles faisant référence à des lieux ou des vies oubliés, de Lodz à Vilnius. Karine Hoffman définit sa peinture comme un filtre qui révèle ce qui est tombé dans l'oubli, un endroit étranger à elle-même où surgissent des fragments narratifs et des obsessions personnelles...la peinture comme monde et comme lieu d'une quête perpétuelle où l'action est relayée à la marge, faisant place à la fantasmagorie et au jeu.  

Enquête
Les contradictions animent le processus de création picturale de Karine Hoffman. Chaque paradoxe fait écho à la philosophie existentialiste, porté par le souffle d'un empirisme noir : la chair sans ombre est un cadavre sans désir. Ce sont les égarements qui signent la possible construction d'un récit, ce sont eux qui laissent des marges amples au creux desquelles se déversent des fantasmes, des farces, des jeux de mots, des idées grotesques. C'est ainsi que procède Karine Hoffman. Par enquêtes. Des recherches qui se construisent par tâtonnements, par accumulation d'idées et de situations. Chaque peinture s'inscrit dans un parcours, est une étape de cette enquête. Les titres marquent la confusion entre les langues, l'impossibilité de la traduction, la dimension affective des mots. La peinture conserve ainsi son ontologie primordiale, celle du sens caché et non de la révélation nécessaire ou de l'explication forcée.

Dédoublement à l'Est
Avant de connaître la Pologne, de s'y rendre, Karine Hoffman en a livré une vision fantasmée par des éléments épars. Les scènes représentées, abandonnées par l'action principale, suspendues dans un temps incertain, livrent des objets, des mots, comme autant d'indices d'une enquête sur sa destinée personnelle et le passé de la Pologne. Pour Karine Hoffman, la peinture permet de vivre un dédoublement, la fiction d'une autre elle-même vivant l'étrangeté de la peinture, la toute-puissance de la sensation. Exister autrement à travers la peinture lui permet de mettre à distance sa propre histoire, de la vivre comme une invention, un rêve. Cette méthodologie personnelle rappelle que la peinture estoeuvre de mensonge et de secret. Elle procède de la même manière à son retour de Vilnius, avec une série d'oeuvres qui réinterprète un voyage devenu fantasme.

Des paysages-mondes
Horizons entravés par la présence d'un mur, impossible percée vers la lumière, fumée profonde perturbant la vision. Tout ce qui restreint la vue augmente la complexité du paysage. Cryptés, inclusifs, secrets, kabbalistiques, les paysages-mondes de Karine Hoffman contiennent des procédés alchimiques. La translation d'un monde à l'autre, d'un paysage à l'autre, d'un état à l'autre annonce un moment de basculement. La représentation ne doit pas être véridique ou authentique. Chaque peinture est au contraire un monde autonome, constitué de fantasmes et d'apories. Dans la série KOSMOS, si l'horizon semble s'ouvrir, c'est pour prolonger la distance, multiplier les gestes et les textures picturales, les effets de matière par lesquels certains détails desoeuvres tendent à l'abstraction occulte.

Ce que nous devons à Witold Gombrowicz
Witold Gombrowicz est un auteur clef pour saisir l'oeuvre de Karine Hoffman. Il refuse comme elle l'idée de la pureté, l'idée même qu'il puisse exister un état flottant et intact de la pensée, détaché du réel. Au contraire, c'est la contamination des termes, la perturbation perpétuelle et le sacré des énigmes moribondes qui règnent tous ensemble. La forme, sans cesse pareille, sans cesse étrange est inédite. Seule expression possible de notre condition. Une obsession polymorphe, certaine, inexorable. Ni moderne, ni traditionnelle, Cosmos est une oeuvre singulière qui défie les avant-gardes comme les pourfendeurs d'un retour au classicisme. Elle échappe à la catégorisation. Le style vif et enlevé brutalise l'entendement, provoquant une accélération de la compréhension du réel même. Les scènes sont racontées avec une vigueur qui oscille entre le pittoresque outré et le symbolisme démoniaque, entre la recherche d'un état et l'impossible préscience du réel.

Résonnances littéraires
L'oeuvre de Karine Hoffman est traversée par une tradition narrative littéraire, un espace mental textuel dans lequel se côtoient Franz Kafka, Bruno Schulz, Jorge Luis Borges, Philip. K. Dick et Witold Gombrowicz. Chacun d'entre eux avance avec des enquêtes sans solution, poursuivant des quêtes inabouties, construisant des récits qui se bousculent dans des impasses. L'impossible n'est pas une complication mais une méthode de travail, une manière de construire une réflexion sur le monde. Répondre à une interrogation par une autre interrogation prolonge sans cesse l'énergie du questionnement. Le présent n'existe que dans la mesure où il conserve un ensemble d'énigmes, une kyrielle d'indices.

L'Histoire, territoire des abysses
Les scènes représentées semblent échapper à la caractérisation du lieu. Aucun élément d'architecture, aucun repère cartographié. Seuls les indices du temps (mais aussi de l'époque) permettent de saisir une partie de l'enquête. Les titres activent cette narration non conventionnelle, en rupture avec la chronologie ou la véracité des faits, indices et anecdotes à l'appui. Un gant usé, un arbre luminescent, un piolet assassin, une palissade de guingois s'imposent en indice d'une énigme, un territoire des abysses. Tandis que dans les séries précédentes, l'objet demeurait à la mesure humaine, qu'il était encore simple outil, la série Kosmos en démontre la démesure, la distorsion, la délirante présence. Ce sont les objets qui façonnent la dramaturgie. Le monde submerge l'espace, écartant la possible présence humaine. Ce n'est plus l'action abandonnée, la scène délaissée par ses acteurs qui dominent mais l'étrange emprise des objets. Ces scènes opèrent le prolongement d'un rêve, d'une angoisse, d'un trauma: elles marquent l'impossible quiétude des destinées personnelles traversées par l'Histoire.