Archives

Le tapis de Sigmund

02.02.2012 - 25.02.2012
Le tapis de Sigmund
Vue d'exposition

Communiqué

Première à questionner la présence d’un tapis qashqa’i sur le célèbre divan de Freud, Anne Deguelle tisse un lien entre l’inventeur de la psychanalyse et la présence de cette étonnante couverture aux motifs riches de sens et de mémoire collective.

Pour sa deuxième exposition à la Galerie Dix9, l’artiste redéploie une installation réalisée au Freud Museum à Londres et fait entrer en résonance la symbolique  de l’inconscient. Tissé fil à fil par les mains de femmes nomades de la province de Fars en Iran, le tapis déploie d’extraordinaires motifs aux méandres fleuris et labyrinthiques. Une véritable grammaire cosmogonique que ne pouvait ignorer Freud.


Cette recherche sur le célèbre tapis interroge la relation qui peut exister entre la position du patient, allongé sur une ancestrale nuit étoilée, et sa pensée qui explore la nuit de ses rêves (pour tenter d’en décrypter les figures mystérieuses).
Parallèlement, Anne Deguelle prend appui sur l’archéologie et l’iconographie des tapis d’Orient, pour mettre à jour une typologie fondée sur l’étude de tableaux anciens où figuraient de tels tapis.


A travers des œuvres composites, l’artiste donne une lecture contemporaine des connections qui ont pu exister dans des langages perdus ou enfouis, celui ornemental du tapis et celui des rêves. Usant du montage et de la projection pour une mise en abyme, elle nous entraîne dans le monde de l’inconscient. Elle projette ainsi sur un tapis une vidéo réalisée à partir du fameux tapis qasha’i dans lequel s’insèrent des images de dormeurs en noir et blanc.Ailleurs, elle réactive le principe des «formations composites » et mêle des photographies de tapis de la collection de Freud à des fragments de peintures de Holbein ou Ghirlandaio. Par un jeu d’échos formels, des résonances se créent et permettent de repenser le décoratif.


Toujours fidèle à une recherche sur les grandes figures qui marquent notre temps, Anne Deguelle nous offre ici une lecture symbolique nouvelle de l’univers freudien, démêlant avec soin entrelacs tapissiers et circonvolutions de l’âme.